« Je suis en train d’arriver » ou l’exemple d’un référentiel temporel différent Imprimer
Écrit par Stéphane   
Vendredi, 10 Août 2012 01:32

Combien de fois, depuis mon arrivée à Rio de Janeiro, ai-je entendu l’expression « estou chegando » qui signifie littéralement « je suis en train d’arriver » (l’équivalent de « j’arrive » en France) ? Je n’ai pas compté, mais cette expression revient très souvent ici, que ce soit dans la vie personnelle ou la vie professionnelle. Bien sur, au début, j’y croyais. Lorsqu’un interlocuteur me disait « to chegando », je m’attendais à le voir dans les 5 ou 10 minutes. Toutefois, il m’est arrivé, après avoir entendu cette fameuse expression, d’attendre beaucoup plus longtemps : 30 minutes, 45 minutes, 1 heure, parfois plus… Pourtant mon interlocuteur n’était pas mal intentionné en me disant « to chegando », son objectif n’était pas de me faire attendre bêtement. Non, c’est seulement que nos référentiels temporels sont différents ! Un français (Européen ?) utilisera cette expression lorsqu’il est réellement sur le point d’arriver, un Carioca (brésilien en général ?) l’utilisera s’il est simplement en chemin, même s’il a une heure de transport.

Un soir de février 2010, alors que mes parents étaient au Brésil, nous attendions un copain pour sortir. Celui-ci nous a dit « to chegando », mais j’ai du expliquer à mon père -en général ponctuel et dont l’attente n’est pas son activité favorite - qu’il fallait s’adapter à la culture locale et qu’ici, le « j’arrive » n’a pas la même signification qu’en France. J’ai bien fait de le prévenir et heureusement qu’il s’est adapté à la culture locale, car le copain qu’on attendait est arrivé avec plus d’une heure et demi de retard…et, de son point de vue, il n’était pas en retard. Des exemples comme ça j’en ai plusieurs en tête…jusqu’à ce que je prenne moi aussi le pli d’arriver « plus tard que l’heure prévue », ce qui ne signifie pas forcément « en retard » ! Je dois avouer que je me suis globalement bien (trop bien ?) habitué à cette gestion des horaires. J’ai une amie, brésilienne, qui arrive invariablement à l’heure et qui, du coup, m’attends systématiquement. J’ai honte !

Entre la France et le Brésil, le référentiel temporel est différent

Entre la France et le Brésil, le référentiel temporel est différent

A propos d’horaires, j’ai parfois l’impression qu’ils sont plus « à titre d’information » qu’autre chose. Je me rappelle d’une soirée d’anniversaire peu de temps après mon arrivée au Brésil, j’ai du arriver plus ou moins à l’heure...et les autres sont arrivés avec plus de 2h30 de retard montre en main (j’ai failli rentrer chez moi ce jour la !)… Ou alors cet autre anniversaire, l’amie qui l’organisait m’avait prévenu « c’est à 13h00, mais comme t’es Européen n’oubli pas que quand on dit 13h00 au Brésil ça veut dire 15h00 ! ». J’étais donc arrivé à 15h00 précises...et j’étais l’un des tout premiers invité à arriver (et mon « retard programmé ponctuel » a bien fait rire les brésiliens !).

Mais voici maintenant plus de 2 ans que je vis à Rio je me suis bien adapté. Lors de mon séjour en France au mois de juin les rôles ont souvent été inversés : je disais « j’arrive »...alors que je n’étais pas encore parti et j’étais bien loin d’arriver à proprement parler. C’est ce qu’on s’appelle s’être bien adapté à la culture locale, n’est-ce pas ?

L’une de mes colocataires, qui vient de São Paulo, me dit que ce retard est surtout vrai à Rio et que c’est assez différent à São Paulo et ailleurs au Brésil. Je n’ai pas passé assez de temps dans les autres Etats pour avoir une opinion, mais si vous vivez au Brésil n’hésitez pas à nous donner votre point de vue.
PS : il y a bien sur des brésiliens ponctuels « points de vue Européen », dans cet article je parle seulement d’une tendance que j’observe et vis régulièrement depuis mon arrivée à Rio.

Até logo,