La médecine au Brésil : coût très élevé et hallucinantes variations des prix Imprimer
Écrit par Stéphane   
Lundi, 05 Novembre 2012 01:06

Depuis mon arrivée au Brésil, j’ai malheureusement dû tester le système de soin local. Alors soyons clair, j’ai la chance d’avoir une assurance privée qui me permet d’utiliser des médecins privés, je ne suis (heureusement pour moi !) pas obligé de me faire soigner dans les hôpitaux publics. Ceux-ci semblent surchargés, avec peu de matériel et plutôt inorganisés ; c’est en tout cas ce que j’ai observé lors de mon unique visite dans un hôpital public (je n’ai donc peut-être pas une représentation exacte de la réalité).

Lorsque mon état de santé l’exige, je consulte donc des médecins privés. Certains acceptent le plan de santé dont je bénéficie par mon entreprise, mais la plupart de mes médecins le refusent. Car au Brésil, même avec un plan de santé local, seul les consultations des médecins qui acceptent ce plan de santé sont prises en charge. Et comme les médecins doivent payer une cotisation annuelle et sont peu payés par les plans de santé pour les consultations (souvent quelques dizaines de réais), les médecins qui le peuvent (globalement les meilleurs médecins) travaillent sans aucune affiliation à un plan de santé. Les consultations sont donc facturées « plein pot », et c’est douloureux pour le portefeuille : à Rio de Janeiro par exemple il faut compter environ 115 euros pour une consultation avec un généraliste et entre 180 et 200 euros pour la plupart des spécialistes. Lorsqu’un spécialiste se déplace lors d’une hospitalisation, les tarifs augmentent : j’ai déjà du payer jusqu’à 270 euros la consultation. Délirant !! Le point positif est qu’à ce prix la, les médecins prennent (en général) du temps avec leurs patients, j’ai déjà passé une heure avec un généraliste alors qu’il était près de 21h00.

Ces prix déraisonnables ne concernent pas seulement les consultations : les analyses, imageries, médicaments, etc. coûtent également des fortunes. Je me rappelle de ce petit matin ou je me suis rendu dans un laboratoire d’analyse pour faire des examens de sang. Certes il y avait de nombreuses analyses, mais le devis s’élevait tout de même à…1020 euros !! Soit l’équivalent de 4 salaires minimum. Ou alors ces médicaments pour lesquelles il m’était demandé 130 euros pour 30 petites gélules, alors qu’en France ce même médicament coûte environ 40€, 3 fois moins cher ! Les médicaments ne sont pourtant jamais pris en charge par les plans de santés Brésiliens, même les meilleurs. Il existe cependant un système d’aide d’accès aux médicaments considérés « essentiels » (programme « farmacia popular ») de manière à généraliser l’accès à ces médicaments.

Les « pharmacies populaires » pour aider l’accès aux médicaments jugés essentiels

Les « pharmacies populaires » pour aider l’accès aux médicaments jugés essentiels

L’une des particularités de la santé au Brésil c’est que, comme beaucoup de choses ici, on peut négocier les prix. Hormis les médicaments difficiles à trouver, on peut facilement négocier 10 ou 15% ; j’ai même eu 45% de réduction récemment en participant à un « programme » (il faut juste appeler et s’inscrire…en fournissant des informations forcément utiles par la suite pour le correspondant). A l’hôpital et même avec certains médecins il est possible d’avoir des réductions. Le plus étonnant reste tout même ces analyses de sang dont le devis s’élevait à 1020 euros. Après que le paiement par carte bancaire ait été refusé et en insistant pour avoir une réduction, mon interlocuteur m’a fait sortir du laboratoire d’analyse, m’a demandé de le suivre sur 15 mètres puis d’entrer dans un autre laboratoire. On m’a alors expliqué qu’il s’agissait du même groupe, que les analyses étaient réalisées avec le même matériel et au même endroit –il y avait en effet deux entrées mais un seul laboratoire d’analyse- mais que la facture couterait beaucoup moins cher. Pour les mêmes examens, analysés dont au même endroit, le devis est passé de 1020 euros à…315 euros, plus de 3 fois moins cher. A peine croyable ! Alors bien sur le service n’est pas le même, les horaires d’ouvertures sont plus restreints, etc., mais la différence de prix est hallucinante. Autant vous dire que je n’ai jamais remis les pieds dans le premier laboratoire d’analyses. Pour la santé comme pour le reste, il faut donc toujours tout négocier au Brésil.

Je vous souhaite bien évidemment de ne jamais en avoir besoin, mais je vous conseille très fortement de prendre une assurance santé si vous venez au Brésil. Si vous venez y vivre, étudier de près cette question car des problèmes de santé ou un accident peuvent compromettre fortement votre présence au Brésil si vous n’êtes pas correctement couvert.

Enfin, je souhaiterais indiquer que certes les prix sont très élevés, mais à mon sens les médecins brésiliens ont un niveau comparable à leurs homologues français ou américains. La situation est identique pour les examens : il est facile et rapide d’avoir, à Rio de Janeiro, un rendez-vous pour réaliser un examen. J’ai par exemple toujours réussi à prendre rendez-vous à l’horaire souhaité (très tôt le matin ou en soirée) pour réaliser les IRM, et cela dans des machines très récentes et de très bonnes qualités (plusieurs médecins en France m’ont dit ne jamais avoir vu d’images d’une telle qualité). Tout cela est malheureusement réserver à certaines personnes, tout le monde n’a pas un plan de santé qui rembourse ce type d’examen...

Até logo,