Voyager en parlant la langue locale, un vrai bonheur Imprimer
Écrit par Stéphane   
Vendredi, 13 Janvier 2012 00:51

J'ai d'excellents souvenirs de mes quelques mois de voyage en Chine, ça a vraiment été une superbe expérience, très enrichissante tant sur le plan humain que culturel. Durant ces quelques mois de vadrouille dans l'Empire du Milieu, j'ai toujours réussi à m'en sortir pour me déplacer, visiter, manger et dormir, soit à l'aide d'un guide de conversation soit avec l'universel langage des signes (et, dans les grandes villes touristiques, avec l'anglais). Malgré tout, j'ai trouvé vraiment frustrant de ne pas pouvoir échanger directement avec l'ensemble des locaux, dans leur propre langue. On peut bien sur discuter en anglais, parfois. Mais cela est possible avec une infime partie des Chinois (sauf dans les grandes villes), et surtout cela n’est possible qu’avec une certaine classe sociale, qu’avec des gens qui ont pu étudier. Et lorsque les échanges avec les locaux ne sont pas possibles dans leur langue maternelle, c'est l'un des plus importants et intéressants aspects du voyage qui disparait. C'est notamment pour cela que j'avais souhaité, après la Chine, me rendre dans un pays dans laquelle la langue est plus abordable, de manière à ce que je puisse l’apprendre.

Durant quelques semaines, j’ai voyagé dans le Nordeste, sac sur le dos, comme j'aime tant le faire. Cela me manquait, que ça fait du bien de reprendre un peu la route ! Et cette fois ci, contrairement à mes pérégrinations en Chine, je parle la langue locale. Alors bien sûr je fais encore des fautes, (bien sur ?) mon accent est assez (même très) prononcé, mais je me fais comprendre et je comprends mes interlocuteurs lusophones. Quel bonheur de pourvoir échanger avec tout le monde grâce à une langue commune ! Quel bonheur de pouvoir faire de vraies phrases pour demander quelque chose. Quel bonheur de pouvoir discuter avec tout le monde, dans le bus, au marché, sur la plage, dans les montagnes ou dans la rue. Quel bonheur de pouvoir, pendant 30 ou 45 minutes, discuter avec un « vendeur de boissons » (« barman » ?) sur le marché local (le vrai, là où les locaux font leurs courses, pas celui où les touristes se rendent pour acheter des souvenirs).

Un vendeur de la Feira São Joaquim à Salvador (Bahia)

Un vendeur de la Feira São Joaquim à Salvador (Bahia)

Voyager en parlant la langue du pays transforme complètement le voyage. Ca transforme les échanges que l’on peut avoir avec les locaux, mais également la relation avec eux. Dès qu’on parle la langue locale, les gens sont davantage avenants, leur regard sur nous change. A tord ou à raison, les français seraient particulièrement sensibles à cela, à en croire de nombreux étrangers qui voyagent en France.

Parler la langue du pays, c’est aussi mieux connaitre et comprendre le pays. Ca permet d’échanger vraiment, sur le fond, avec des personnes de tous les niveaux sociaux. Parler portugais m’a permis de découvrir et de mieux comprendre la vie du « vendeur de boissons » de la photo ci-dessus. Sa vie, ses bonheurs, ses tristesses, ses réussites, ses difficultés à recevoir la retraite à laquelle il a le droit, sa bataille avec l’Etat pour toucher cette même retraite alors même que la justice lui a donné 2 fois raison, etc. Voyager et découvrir un pays, c’est avant tout faire des rencontres et découvrir un peuple. Et le faire en pouvant échanger avec tout le monde est génial !

Alors bien sûr il est agréable de voyager dans des pays dont on ne parle pas la langue, cela permet d’être « dépaysé » dit-on. Je voyagerai encore dans ce type de pays, mais cette possibilité et simplicité des échanges me manqueront surement.

Até logo,