Préparation d'un voyage en Australie PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Stéphane   
Samedi, 11 Août 2007 03:12

MAJ de l'article : 01 avril 2009.

J'ai été content de me faire aider, en août 2006, lorsque je préparais mon voyage en Australie. Je tiens encore à remercier ceux qui m'ont donné un coup de main. Après avoir passé 11 mois au pays des kangourous j'estime que la roue à tournée et c'est maintenant à moi de donner quelques conseils et d’apporter quelques informations pour partir en Australie. J’ai donc réalisé un document reprennent des questions fréquemment posées ; en tout cas des questions auxquelles j’étais content d’avoir une réponse avant de m'envoler vers l'Australie. J’ai essayé de rassembler ici toutes les informations sur un même document. Bien entendu chaque point peut être plus largement développé.

Si jamais vous avez des questions ou que vous souhaitez des précisions, n’hésiter pas à me contacter, je serai content de vous aider à préparer un voyage. Bonne lecture !


Préambule : ce document a été rédigé à partir de mon expérience personnelle mais il m’est arrivé de m’inspirer de choses apprises par d’autres voyageurs, que ce soit des gens rencontrés en Australie ou par des forums sur internet. Même s’il me semble que j’ai réorganisé et reformulé comme je le souhaitais, il est possible que certaines phrases soient des simples copiés / collés. Je ne réinvente pas la poudre !

 

Visas

Working Holiday Visa : c’est à ma connaissance le meilleur visa qui existe pour voyager, il est disponible pour 5 pays dont l’Australie (les 4 autres sont la Nouvelle-Zélande, le Canada, le Japon et la Corée du Sud). Il est très facile d’en bénéficier : il faut avoir moins de 30 ans, ne pas avoir d’enfants à charge, disposer de 3000€ et être en dehors de l’Australie au moment de la demande. Le visa coûte 230AUD, soit environ 135€. Vous trouverez des informations dans la présentation du visa sur le site du service de l’immigration Australien. La demande s’effectue en ligne, il suffit de compléter le formulaire de demande. Les limites de ce visa sont simples : il n’est pas possible d’étudier plus de 4 mois ni de travailler plus de 6 mois pour le même employeur. Après vous pouvez faire ce que vous souhaitez : voyager, bosser, étudier, faire du wwoofing, etc.

La demande se fait par internet (cf. le lien donné plus haut) et la réponse arrive par mail dans des délais très variables : entre quelques secondes et plusieurs semaines. Un « Transaction Reference Number » vous permettra de consulter facilement l’état d’avancement de votre demande de visa sur le site de l’immigration. Quand votre demande sera à l’état « Applicant Approved », c’est que c’est dans la poche ! Vous pouvez, si vous le souhaitez, imprimer le mail de confirmation, sachant que celui-ci ne vous sera pas demandé à votre arrivée (votre visa sera automatiquement retrouvé à partir de votre passeport). Pour effectuer la demande du visa vous devez être en possession de votre passeport.

Officiellement, il peut vous être demandé, lors de votre arrivée en Australie, de devoir justifier que vous avez 5000 AUD (environ 3000€). Ceci étant, je n’ai jamais entendu parler de quelqu’un qui a subit cette vérification, dans le doute autant prévoir la chose. D’autant plus qu’il est fortement conseillé d’arrivée en Australie avec de l’argent de côté, pour de simples raisons pratiques.

Ce visa, d’une durée d’un an, est renouvelable une fois sous certaines conditions ; la principale étant de travailler au minimum 3 mois dans certains métiers manuels (agriculture, pêche, etc.) dans certaines régions de l’Australie (liste des régions). Pour plus d’informations sur ce second visa, visitez cette page.

Enfin, notons que les Suisses ne peuvent pas bénéficier du WHV (il n’y a pas d’accord entre les deux pays).

Etudiant : comme son nom l’indique, ce visa permet de prendre des cours. Il permet de travailler dans une limite de 20 heures par semaine pendant l’année universitaire et à temps plein pendant les vacances. Pour vous donner un ordre d’idée, il coûte environ 500 euros par an.

Touriste : pour la plupart des ressortissants des pays Européens, il vous faudra obtenir une Autorisation Electronique de Voyage (ETA – Electronic Travel Authority) ; le coût est d’une vingtaine de dollars Australien. Cela vous permet de faire du tourisme pour une durée maximale de 3 mois. Si vous souhaitez séjourner plus longtemps, il faudra payer plus chers. Bien sur, ce visa ne permet pas de travailler en Australie.

 

Les différents endroits et les différentes villes en Australie

Sydney : on aime ou on n’aime pas mais on y reste rarement indifférent. Après m’y être rendu 3 jours en janvier 2007 je n’avais pas trop accroché. J’y suis cependant repassé un peu plus de 3 semaines en juillet de la même année et cette fois ci j’ai vraiment bien apprécié. Au passage je vous conseille le backpacker « Mate Place Sydney » situé à Kings Cross, c’est l’un des plus sympa dans lequel je me suis rendu lors de mon année en Australie.

Dans les gens que j’ai rencontrés, certains ne jurent que par Sydney (ça peut même devenir un peu casse pied !) et d’autres n’ont vraiment pas accroché après y avoir passé quelques semaines.

En été (entre novembre et mars) vous y trouverez de nombreux festivals gratuits en plein air avec une « ambiance incroyable ». Beaucoup s’accordent à dire que c’est la meilleure ville d’Australie pour faire la fête. Vous y trouverez également la plage à 20 min de bus du centre ville et les Blue Mountains à 1H30.

Enfin, c’est une ville assez chère, si vous avez un budget serré je pense que ce n’est pas la meilleure destination (surtout pendant l’été Austral et tout particulièrement en décembre et janvier).

Melbourne : les gens sont plus décontractés qu’à Sydney. En tant que touriste il y a par contre un peu moins de choses à voir que dans sa « grande rivale » qu’est Sydney ; notons aussi que le temps est moins beau et surtout très changeant, vous pouvez avoir un beau soleil puis de la pluie 20 minutes plus tard (4 saisons en une journée disent les locaux). Au niveau culturel, Melbourne reste le must de l’Australie ; cela se voit d’ailleurs dans l’architecture locale, c’est très « artistique »… C’est ici que vous trouverez nombre de concerts, festivals et évènements sportifs (tennis, Formule 1, football Australien, etc.).

C’est une ville généralement bien appréciée de ceux qui y ont séjournés, ça été mon cas.

Brisbane : j’y ai passé 2 jours seulement et je n’ai pas particulièrement accroché. Disons qu’il n’y a pas grand-chose à visiter et que la plage est assez loin (1H30 en bus). Les choses sont peut-être différentes si vous souhaitez y rester plus longtemps. Mon avis n’est vraiment pas objectif car je n’ai fait qu’y passer rapidement.

Cairns : il s’agit d’une toute petite ville (100 000 habitants) dans laquelle se trouve énormément de backpackers pendant la saison sèche ; il se peut qu’y trouver un job soit plus difficile qu’ailleurs (tout le monde vient chercher le beau temps pendant l’hiver Australien, lorsqu’il fait froid dans le reste du pays).

Cairns est un excellent lieu pour faire de la plongée, c’est la première place au monde pour passer le PADI, parait-il (note : ProDive Cairns est, d’après de nombreux témoignages, vraiment super pour passer le PADI). C’est également un endroit réputé (avec Mission Beach) pour faire un saut en parachute, superbe expérience avec sensations fortes garanties, je vous le conseille vivement !

Darwin : ce n’est pas forcément une destination très prisée car c’est un peu isolé mais j’en ai entendu que du bien ; plusieurs personnes m’ont dit que c’était la ville d’Australie qu’ils avaient préférés. Attention, les avions entre Cairns et Darwin sont très chers car il n’existe pas de vols low costs.

La Cote Est : réputée très belle est facile à faire. Il existe des forfaits bus de 250 à 500 dollars, de Sydney à Cairns. Celui-ci permet de s’arrêter partout ou on le souhaite. Fraser Island, Whitsunday Island, Airlie Beach, Byron Bay, etc. sont toujours (ou presque) appréciés des backpackers. Si vous souhaitez des informations plus précises sur un voyage à cet endroit, contacter moi.

Le Red Centre : je n’ai malheureusement pas pu m’y rendre lors de mon séjour en Australie (j’étais parti pour apprendre l’anglais et non pas pour voyager) mais ça me parait incontournable. C’est probablement la partie du pays la plus intéressante, l’Australie c’est avant tout le bush et ensuite des villes. Voici un commentaire trouvé sur internet et qui, je crois, résume bien ce que j’ai entendu ailleurs : « Uluru, Kings Canyon, Kata Tjuta sont magnifiques et je pense qu'un voyage en Australie sans passer par là serait incomplet ».

Personnellement, c’est un endroit où je me rendrai au cours des prochaines années.

La Cote Ouest : ceux qui font le tour entier décrivent souvent la côte Ouest comme la plus belle partie de l'Australie, la plus sauvage.
Pour faire ce côté du pays, l’idéal est de partir à plusieurs en van ou voiture. Vous y ferez de nombreux kilomètres mais vous y verrez des paysages somptueux et pleins d’animaux, que ce soit sur terre ou dans la mer.

Pour effectuer votre choix n’oubliez pas de vous renseigner sur la météo locale. En été (octobre à février) il fait beau dans le sud du pays mais c’est la saison des pluies dans le nord. En hiver (mai à août) il faut beau et chaud dans le nord alors qu’il fait froid dans le sud. Voici un excellent tableau récapitulatif ; document trouvé sur le forum d’Australia-australie.com : cliquer ICI.

 

Avions

Il existe plusieurs compagnies entre l’Europe et l’Australie, même si souvent la seconde partie du vol (entre l’Asie et l’Australie) est réalisée par Qantas (compagnie Australienne). Personnellement je suis parti avec Air France car ils étaient (largement) les moins chers lors de l’achat de mon billet. Pour information j’ai payé 1100 euros aller-retour en l’achetant assez tard.

Les autres principales compagnies sont Emirates (escale à Dubaï), Singapor Airline (escale à Singapour, souvent présenté comme la meilleure compagnie au monde), British Airways (escale à Londres et Bangkok, généralement), Qantas, etc.
Compter entre 1000 et 1500 euros pour un aller – retour, je pense qu’au dessus de 1250 euros c’est cher. Il s’agit de billets ouvrables, c'est-à-dire que la date retour est modifiable (plus ou moins facilement suivant les compagnies, de manière gratuite et illimité ou alors payante suivant le prestataire).

Pour acheter votre billet d’avion, je vous conseille de vous renseigner tout particulièrement auprès d’e-Australie.com, une agence de voyage spécialisé sur l’Australie. Ils ont généralement de très bons tarifs ; j’ai toujours eu des échos très positifs de leurs services et niveau de compétences. N’hésitez pas à les appeler (+33 1 43 25 51 93).

Enfin, je souhaite mentionner que l’aller / retour n’est pas obligatoire, je vous conseille donc de prendre un aller simple de manière à ne pas être obligé de rentrer.

 

Jobs

Lorsqu’on voyage on cherche souvent des jobs pour des courtes durées, il est donc plus aisé de trouver des « petits boulots » que des emplois qualifiés. Cependant, et suivant sa branche, cela peut-être possible, même s’il faut généralement plus de temps de recherche et une durée de travail plus longue.

« Petits jobs » : dans tous les backpackers que j’ai rencontré, tout le monde a trouvé un job dans des délais raisonnables ; c'est-à-dire entre 1 journée et 2 semaines. D’ordinaire il s’agit d’emplois dans les restos, les bars, les boulangeries (ils aiment bien les français pour vendre des baguettes !), pour des associations caritatives, etc. Généralement il faut tout de même parler un petit peu anglais. Ceci étant, il est tout de même possible de bosser avec un anglais vraiment très limité, il s’agit alors de boulots totalement manuel (la plonge dans un resto, jardinier, etc.). Il est également possible de travailler en fruit picking – certains iront le faire naturellement pour obtenir un second WHV – mais le travail est souvent physiquement difficile (cela se fait quand même sans problème). Même si le boulot n’est pas drôle, j’ai personnellement d’excellents souvenirs de cette période, plus d‘infos dans mon article « Les anecdotes du picking ». Pour trouver des fermes susceptibles de vous accueillir pour travailler, je vous conseille ce topic ou cette page du Wiki Oz.

Pour trouver ces petits boulots, il faut faire les annonces dans les journaux, les backpackers et les stations internet, faire du porte à porte (notamment dans les restos et bars) avec le CV à la main et chercher sur internet. On vous demandera souvent de commencer rapidement (voir immédiatement !).

Note : la crise économique est mondiale, l’Australie ne passe donc pas à travers. Il est actuellement (en 2009) plus délicat de trouver des petits boulots, mais cela reste possible. N’hésitez pas à sortir des villes (notamment de Sydney) pour chercher du boulot, en allant dans les endroits moins pris d’assaut par les voyageurs.

Emplois qualifies : il est également possible de trouver des emplois qualifiés, notamment si on a de l’expérience. Je vous conseille le site Seek.com.au, vraiment efficace pour ce genre de demande.

Souvent, le problème des emplois qualifiés est que le visa (dans le cas d’un WHV) limite à 6 mois le temps de travail pour un même employeur. Une solution peut-être de négocier, au bout des 6 mois, un sponsorship à l’entreprise.

Si vous envisager de faire ce type d’emplois, n’hésitez pas à prévoir des lettres de motivation, des lettres de recommandations et les références d’anciens employeurs (très souvent demandées en Australie).

 

Taxes

La première chose à faire à ce sujet est de demander un TFN (Tax File Number). Pour cela, vous pouvez effectuer votre demande dans les bureaux de l’ATO (Australian Taxation Office) ou directement sur leur site internet. Vous devez obligatoirement être en Australie (et posséder une adresse locale) pour faire votre demande. Ce TFN est important et il vous permettra de ne pas payer 49% de taxe lorsque vous travaillerez.

Ensuite, il faudra effectuer la demande de « tax return » (ou « tax back »). D’après ce que j’ai pu lire, si vous avez passé au moins 6 mois au même endroit (à quelle échelle ?) entre le 1er juillet d’une année et le 30 juin de l’année suivante, alors vous êtes considéré comme résident pour les taxes (attention, c’est différent de la notion de résidant du pays). Dans ce cas, vous pourrez récupérer d’avantages de taxes une fois l’année fiscale terminée. Pour récupérer celles-ci il faut, entre le 1er juillet et fin octobre, télécharger le logiciel e-tax de l’année fiscale terminée puis effectuer la démarche (à l’aide du logiciel). Dans les jours ou semaines qui suivent, l’état Australien devrait vous rembourser une partie des taxes que vous avez payées. Si vous êtes encore en Australie ils vous feront directement un virement ; si vous êtes en France ils vous enverront un chèque. Personnellement j’ai reçu le chèque en France 5 jours après avoir effectué ma demande !

Dans toutes ces démarches il est vraiment important de répondre que vous êtes résident (si vous remplissez les conditions, évidemment), c’est LE point important pour avoir un maximum de tax back. Bien évidemment, pensez à garder toutes vos fiches de paye tout au long de votre séjour en Australie.

Une autre possibilité est de passer par un organisme qui se charge de faire les démarches pour vous, mais ils prendront une commission (fixe et/ou variable). Les organismes les plus connus sont probablement Tax Back et Travellers Xpress. Vous trouverez à cette adresse un tableau indiquant ce que vous devriez payer comme taxes suivant votre situation. Je tiens à préciser qu’en ayant effectué moi-même ma demande de tax return auprès de l’ATO, j’ai récupéré un peu plus de 1100AUD alors que les organismes spécialisés estimaient le remboursement à environ 600AUD. Cliquer ici pour avoir plus d’informations sur mon cas.

Enfin, lorsque vous aurez définitivement quitté le territoire vous pourrez récupérer la superannuation (caisse de retraite). La somme récupérée est variable suivant le montant total, le temps travailler, etc.

 

Sponsorship

N’étant pas du tout concerné par ce point je ne fais que reprendre des informations trouvées à droite et à gauche.

Il s’agit d’un système permettant de rester plus longtemps en Australie et de travailler plus de 6 mois avec le même employeur. Pour l’obtenir vous devez avoir une entreprise ; celle-ci doit payer entre 700 et 2000 dollars à l’état Australien. Bien entendu il faut que vous apportiez un réel plus à l’entreprise pour qu’elle accepte de vous gardez sous ces conditions. Votre visa est alors « lié » à l’entreprise, il perd son effet si vous quitter celle-ci.

Vous seront généralement demandé quelques papiers comme un CV, une copie des diplômes, une copie des contrats des anciens employeurs, etc. Vous pourrez également être amené à passer une ou des visites médicales (radios, etc.).

Si vous ne trouvez pas d'entreprise pour vous sponsoriser, vous pouvez tenter d'obtenir un visa Longue Durée par vous-même. Votre métier doit alors être dans la liste « Skilled ». Pour plus d’informations visitez le site du service de l’immigration.

 

Logement

Backpacker : partout dans le pays vous trouverez des backpackers ; sorte d’auberge de jeunesse bon marché. Généralement compter entre 15 et 22 $ la nuit, pour Sydney et Melbourne les prix tournent généralement autour de 20 à 28$ la nuit. Vous aurez ensuite le choix dans un large choix de backpacker suivant ce que vous préférez (grosses animations, endroit plus tranquille, etc.).

Colocations : d’une manière générale, il est assez facile de trouver des collocations. Vous trouverez des centres regroupant de nombreuses annonces mais également les journaux, les campus universitaires et écoles sans oublier internet (Easyroommate.com, Domain.com.au, Flatmates.com.au, etc.). Se loger en collocation est plus confortable et moins cher que d’aller en backpacker. Par contre, cela nécessite de rester un petit peu plus longtemps à chaque endroit.

Je vous conseil de chercher une collocation une fois sur place et non depuis la France. En arrivant, une solution est d’aller dans un backpacker les premières nuits, cela vous laissera le temps de trouver quelque chose qui vous convienne en pouvant visiter facilement avant de vous y installer. Notez d’une caution (« bond ») allant de 1 à 3 semaines de loyer vous sera demandée.

Enfin, et comme pour les boulots, il ne faut pas hésiter à gonfler un peu la durée de votre séjour à cet endroit si vous voulez avoir une chance de trouver quelque chose. Et, surtout, il faut être très réactif : ne prenez pas 10 jours pour réfléchir si le logement vous plait, car il ne va pas vous attendre !

HelpExchange et WWOOFing : extrait de la page sur le sujet du site Toothbrush Nomads : « En bon français, cela se traduit par “entraide”, et c’est justement le principe de ce réseau en ligne, de particulier à particulier. Si vous désirez rencontrer des australiens, si vous cherchez une famille d’accueil, si vous avez envie d’essayer différents styles de vie, de faire des expériences variées et de modérer votre porte-feuille, HelpX est fait pour vous.
Le principe : les membres du réseau se répartissent en deux catégories, les hôtes (”hosts”, les gens qui vous accueillent) et les volontaires (”helpers”, c’est vous !). La transaction est simple, et n’implique qu’un peu de bonne volonté : les hôtes vous offrent le gîte et le couvert en échange de votre aide à la maison, dans le jardin, à la ferme… selon les cas. En moyenne, vous bosserez 4h/jour, à des tâches diverses et variées : désherbage et ménage, oui, mais aussi s’occuper de chevaux (et les monter pour ceux qui savent), réaliser des sites web si vous avez les compétences, repeindre une maison, etc. »
N’ayant pas utilisé ce système lors de mon séjour en Australie, je vous conseille de lire l’article « HelpExchange : travailler en échange du gîte et du couvert » de Toothbrush Nomads si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet.

CouchSurfing : extrait de la page sur le sujet du site Toothbrush Nomads : « Un petit tour dans votre dictionnaire vous apprendra que couchsurfing signifie surfer sur canapé... c’est donc de cela qu’il s’agit : aller gentiment squatter les canapés (mais aussi chambres d’ami, futons et matelas...) de parfaits inconnus !

Pour ce faire, il suffit simplement d’être membre du réseau. Inscrivez-vous en ligne sur couchsurfing.com : c’est entièrement gratuit ! Il ne vous reste ensuite qu’à remplir votre profil et lancer une recherche pour trouver des membres prêts à vous accueillir dans la région qui vous intéresse. Leurs profils vous donneront un aperçu de leur personnalité et de leurs goûts, et vous pourrez également lire les recommandations laissées par d’autres personnes ayant déjà séjourné chez eux, histoire de vous rassurer. Ensuite, c’est simple : ne vous reste qu’à écrire un petit mot sympathique à la personne dont le canapé vous intéresse et attendre sa réponse ! »

N’ayant pas utilisé ce système lors de mon séjour en Australie, je vous conseille de lire l’article « L’hospitalité façon CouchSurfing » de Toothbrush Nomads si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet.

 

Améliorer son anglais

Nous sommes nombreux à venir en Australie pour améliorer notre anglais mais attention, la déception est souvent de mise lors du retour dans son pays d’origine. Cela tombe sous le sens mais ce n’est pas toujours évident à faire : éviter au maximum les francophones (et ils sont nombreux, vous en trouverez partout). A titre personnel c’est mon regret du voyage de ne pas avoir « fuit » les francophones rencontrés, je l’explique notamment dans mon bilan de mon séjour Australien.

L’idéal est de travailler avec des Australiens et de faire l’effort de parler – même si je suis bien placé pour dire qu’au début quand on ne parle pas un seul mot d’anglais, c’est difficile. Ensuite, comme toujours, il faut essayer de lire des romans et la presse en anglais, regarder la télé attentivement, regarder des DVD (éventuellement sous titré en anglais), etc.

A propos de l’anglais – ou plutôt de « l’Australien » - je vous conseille vivement un excellent topic sur le forum Australia-australie.com. Les informations données viennent d’une Australiennes donc vous pouvez lui faire confiance. En plus d’être intéressant, ces messages sont aussi très drôles (et tellement véridiques !). Par ailleurs, l’un de mes articles parlait de quelques expressions qu’on entend souvent au pays des kangourous – même si c’est plus anecdotique qu’autre chose.

Enfin, je vous signale un excellent article intitulé « Chronique : frustrations de Frogs désespérément pas bilingue... » ; il traite d’un sentiment que l’on peut ressentir dans les premiers temps...et c’est assez drôle ; surtout lorsque c’est décrit d’une manière si proche de la vérité et des expériences connues.

 

Cours (école et faculté)

Si vous choissez de prendre des cours – d’anglais ou autre – cela vous coûtera forcément très cher. Pour les cours d’anglais c’est généralement environ 300 AUD (200€) par semaine. Un trimestre d’étude à la fac coûte encore plus cher ; je n’ai pas de montant car cela varie mais ce n’est pas facile à financer soi même.

Si vous souhaitez prendre des cours d’anglais, je vous conseille Eurocentres à Perth. Par contre éviter à tout prix les écoles Eurocentres de Brisbane et surtout de Cairns, tous les étudiants qui sont partis là bas après Perth ont demandés à revenir à Perth car les cours étaient vraiment mauvais. Personnellement j’ai passé 3 mois à Eurocentres Perth et j’ai trouvé les profs et l’école vraiment biens.

S’il vous plait, si vous allez étudiez l’anglais dans une école, ne traînez pas avec des français une fois sortie des cours.

 

Carte étudiante / carte de réduction

Avant de partir de France je souhaitais acheter la carte étudiante international ; mais je n’avais pas pu le faire car je n’étais pas vraiment étudiant. Au final je ne le regrette absolument pas car à mon sens elle ne sert à rien en Australie. J’ai suivi des cours d’anglais à Perth (Western Australia) donc j’ai eu une carte étudiante Australienne mais...celle-ci n’était même pas valable dans les autres états du pays. Toutes les personnes que j’ai rencontré qui avaient la carte international m’ont tous dit qu’ils n’avaient jamais pu s’en servir, elle était toujours refusée...

Il existe d’autres cartes de réduction (VIP, YHA, etc.). J’ai fini par acheter (dans la station de bus de Brisbane) la carte VIP car elle permet d’importantes réduction sur les trajets en bus (elle est remboursé par cette seule utilisation). Elle permet également d’avoir des réductions dans des backpackers, pour des tours, etc.

 

Banque

Je vous conseille d’ouvrir un compte bancaire Australien lors de votre arrivée dans le pays. Cela est simple, pas trop chers et surtout ça vous évitera de payer des commissions en vous servant de votre carte bancaire de votre pays d’origine. Pour l’ouverture d’un compte il suffit de venir avec son passeport et voila, en 10 minutes c’est fait ! C’est vraiment super simple, bien loin des exigences des banques françaises. Attention, cela fonctionne si vous ouvrez le compte dans les 6 semaines qui suivent votre arrivée en Australie. Passé ce délai, il faut se soumettre à un système à point, plus complexe.

Généralement, vous pourrez avoir une « débit card » (mais pas de « crédit card ») et cela vous coûtera environ 5$ par mois (sauf si vous avez plus de 2500 ou 3000AUD sur le compte, dans ce cas c’est gratuit). Cette carte vous permet de retirer de l’argent dans les distributeurs (ATM) et de payer chez les commerçants (possibilité d’avoir du cash out facilement). Attention cependant à choisir une banque nationale correctement implantée dans tous le pays. En effet, comme en France avec la plupart des banques, vous payez (environ 2$) si vous retirez du liquide dans un distributeur d’un autre banque que la votre. Si vous vous servez de votre carte bleue de votre pays d’origine, privilégié les paiements plutôt que les retraits ainsi que les grosses sommes plutôt que les petites, cela diminuera vos frais bancaires.

Personnellement j’avais un compte à la Westpac. J’ai choisi cette banque car elle est très largement implantée dans tout le pays, je n’ai jamais eu de difficultés à trouver un ATM. Après ouverture de mon compte j’ai retiré une fois une grosse somme dans un distributeur, j’ai déposé cet argent sur mon compte Australien et je n’ai pas retouché à ma carte bleue française ; je l’ai juste gardé comme carte de secours. Je ne sais pas si c’est le cas dans toutes les banques Australiennes mais j’ai pu choisir mon code PIN de carte bleu ; demander à votre conseiller. C’est pratique car du coup j’ai mis le même code que ma carte française, ça permet d’éviter de l’oublier (enfin le comble de l’histoire c’est qu’il m’est arrivé d’oublier mon code, je me suis alors retrouvé comme un idiot puisque mes deux cartes étaient alors inutilisable… J’ai du me faire renvoyer le code depuis la France…). Concernant le choix de la carte bancaire, n’hésitez pas à prendre un modèle intermédiaire et non pas le « premier prix ». En effet, avec ma carte Australienne je ne pouvais pas payer à distance (par internet ou téléphone) et cela est parfois gênant, notamment pour l’achat de billets d’avion (passer par une agence coûte 10 à 20AUD de plus par billet). C’est un calcul à faire suivant votre programme.

Enfin, si vous avez prévu de travailler en Australie un compte bancaire local sera obligatoire, alors autant l’adopté dès le début de votre séjour.

 

Assurance

Généralement – au moins en France – vous avez avec votre carte bleue une assurance lorsque vous partez à l’étranger. Mais celle-ci est vraiment basique et, surtout, elle est valable seulement 3 mois. Je vous conseille donc de prendre une assurance supplémentaire, spécialisée dans les séjours à l’étranger.

Vous avez le choix entre quelques assurances spécialistes (ASFE, ISIC, etc.). Le Wiki Oz vous permet de comparer les offres. Personnellement j’ai choisi ASFE car c’est, de mémoire, la seule qui couvre également au travail. J’ai également pris une option pour augmenter le capital invalidité (de 15 000 euros à 60 000 euros). N’oubliez pas que l’assurance à laquelle vous souscrivez doit être à la fois responsabilité civile (travail, tourisme et sports) et médicale (plafonds, rapatriement, franchises, etc.). Pour information j’ai payé 452€ pour 1 an.

Pour les étudiants français qui partent en Australie quelques mois (pour des cours ou un stage), renseignez-vous auprès de votre mutuelle étudiante, celle-ci peut proposer des tarifs intéressants. Lors d’un séjour de 8 mois en Chine pour un stage, j’avais pris une option au sein de la SMEBA (mutuelle étudiante) et les tarifs étaient nettement plus intéressants qu’une mutuelle « classique ».

A vous de choisir suivant votre programme et votre facilité à finir à l’hôpital !

 

Guides

Quel qu’il soit, cela me parait conseillé de partir avec un guide de voyage de l’Australie. Le plus répandue est très largement le Lonely Planet. Personnellement c’est le celui que j’ai choisi et j’en suis tout à fait satisfait, même si je n’ai pas de point de comparaison. Certains le trouvent trop lourd, trop orienté « cher et classe », etc. donc à vous de voir ! Le guide n’est pas forcément utile pour les logements et visites, mais il contient pleins d’informations pratiques sur le pays, et cela peut être pratique.

Dans la mesure du possible je vous conseille de prendre le modèle en anglais, ça permet d’échanger plus facilement avec des étrangers (je me suis retrouvé une fois avec un guide en Allemand dans les mains alors que je ne parle pas un mot d’Allemand, dur dur !).

 

Téléphone portable

Si vous avez la possibilité de faire débloquer votre téléphone portable, faite le ! En France, cela est gratuit après 6 ou 7 mois d’abonnement. Une fois en Australie vous aurez juste à acheter une carte SIM puis des recharges. Il existe plusieurs opérateurs, d’une manière générale Vodafone et Optus sont privilégiés lorsqu’on reste en ville et Teltra est meilleur lorsqu’on voyage hors des villes (meilleure couverture). Voici un tableau récapitulatif des offres de téléphonie mobile (document créé par tahitibob un membre du forum Australia-australie.com) : cliquer ICI.

Vous trouverez de nombreuses informations sur la téléphonie (mobile, locale et international) dans un topic bien fait sur le forum Australia-australie.com, c’est par ici.

Enfin, n’oubliez pas de résiliez ou suspendre votre ligne dans votre pays d’origine. En France, SFR et Bouygues Telecom propose de suspendre la ligne ; je ne sais pas si Orange le fait également. En général on paye 2 euros par mois et on récupère son numéro en rentrant. La résiliation ou la suspension peuvent être délicat dans certains cas, n’hésitez pas à insister jusqu’à tomber sur un opérateur qui comprend que vous ne pouvez pas apporter 36 000 preuves. Voici pour exemple ma lettre de demande de résiliation.

 

Conduite

En Australie, ils conduisent à gauche !

Si vous avez le permis de conduire dans votre pays, il vous faut demander un permis international pour avoir la possibilité de conduire en Australie. En France cela est gratuit et généralement c’est très rapide ; en Belgique il me semble que c’est 15 ou 20 euros. Même si vous n’êtes pas sur d’en avoir besoin, il vaut mieux le demander en France (ou dans votre pays), une fois en Australie c’est beaucoup plus chers pour obtenir un permis international (remarque : plus cher que gratuit, ce n’est pas dur... Il me semble que c’est entre 70 et 100 $ mais je ne connais personne qui a du le faire donc c’est à confirmer).

 

Internet

Dans toutes les villes il est très facile de trouver des accès internet. Le tarif dans les divers points d’accès est souvent de 3$/heure mais il existe des accès moins chers, notamment à Sydney et Melbourne. Si vous avez un ordinateur portable avec le wi-fi, vous devriez souvent pouvoir capter des wi-fi libre. N’hésitez pas à demander dans les centres d’informations, en général ils vous indiquent les wi-fi disponibles et gratuits.

Les librairies proposent souvent des accès internet gratuit ou très peu chers (1$/heure) ; par contre il se peut qu’il faille réserver, cela dépend de chaque endroit.

Enfin, avec la carte Peter Pan / Australia-australie.com vous aurez accès gratuitement à internet dans les 13 agences du pays. Pour cela il vous suffit de demander la carte avant votre départ, les modalités sont indiquées dans le lien ci-dessus. Pour information, Peter Pan est l’une des plus grosses agences de voyage d’Australie ; j’y ai personnellement acheté pass bus, saut en parachute et day trip.

 

Informations sur internet

Comme énormément de francophones rencontrés en Australie, j’ai en grande partie préparée mon voyage sur australia-australie.com. Le site et le forum sont de véritables mines d’informations, n’hésitez pas à effectuer des recherches sur le forum. Dans le même registre je vous conseille très vivement le Wiki Oz du même site. Ces deux principaux sites regroupent 95% des informations à connaître pour partir l’esprit tranquille.

Personnellement j’ai lu en large et en travers le forum et le Wiki d’Australia-australie.com avant de partir et j’y ai trouvé toutes les informations pratiques nécessaires.

Enfin, je vous conseille deux sites personnels. Tout d’abord celui des Toothbrush Nomads qui est plein de bonnes astuces et de belles photos. Ensuite je vous propose de retrouver mon aventure en Australie sur mon site personnel et mon article – bilan vous donnera mon « analyse » de mon année en Oz, avec pleins d’enseignements à en tirer.

 

Bagages

En tarif économique, la plupart des compagnies aérienne limite à 20 Kg le poids des bagages en soute. Mais mon conseil est de partir léger ! J’avais 18 Kg au départ de Paris et, à mon sens, beaucoup trop pour voyager. Si vous avez prévu d’être sédentaire, alors charger vous à 20 Kg, mais si vous pensez voyager je vous conseille de prendre un sac d’environ 60L pour un poids total de 13-15 Kg. Plus le sac sera grand et plus vous emmènerez de choses inutiles, donc autant ne pas se pénaliser lors de l’achat... Prenez vraiment le minimum d’affaires.

Préférez également un sac à dos à une valise, c’est plus pratique lorsque vous vous déplacez.

 

Ordinateur portable

Je reçois souvent des mails me demandant si je conseille ou non d’emmener son laptop (ordinateur portable). Je n’ai pas de réponse toute faite, ça dépend de chacun ! Certains trouvent ça indispensable pour traiter les photos et avoir avec soit de la musique et des films alors que d’autres ne veulent surtout pas s’encombrer avec un objet volumineux, cher et fragile. A vous de voir ! Je vous conseille de lire ce topic ou celui-ci traitant du sujet.

Concernant les sauvegardes des photos, outre le stockage sur un laptop et un éventuel disque dur externe, je vous conseille de graver régulièrement des DVD et de les envoyer en France. Cela permet de ne pas tout perdre en cas de vol total des affaires... Ca fait quelques DVD quand on est de retour en France mais ce n’est pas bien grave !

 

Médicaments

Si vous avez un traitement, acheter les médicaments en France et emmener avec vous une copie de l’ordonnance, elle pourra vous être demandée lors du passage en douane. Attention, une ordonnance française ne permet pas d’avoir des médicaments en Australie, il faudra forcément passer par un médecin Australien.

Une trousse de premier secours est également utile, demander à votre médecin ou pharmacien les produits à emmener (désinfectants, pansements, paracétamol, anti-inflammatoire, etc.).

 

Nouvelle-Zélande

Si le ski vous manque et que vous êtes dans l’Est en hiver (juillet / août), vous pouvez aller faire un petit tour en Nouvelle-Zélande, c’est seulement 3 heures de vol depuis Sydney (plus proche que Perth). Les stations de ski seront bien meilleures que celles que vous trouverez en Australie.

Si vous avez du temps, je vous conseille de visiter ce pays. En général ceux qui ont fait l’Australie et la Nouvelle-Zélande ont trouvés ce second pays encore plus joli...

Comme pour l’Australie, la Nouvelle-Zélande propose des Working Holiday Visa (souvent appelés VVT pour Visa Vacance Travail). Vous trouverez de nombreuses informations pratiques sur le site Frogs-in-nz et son forum.

 

Thaïlande

Beaucoup de backpackers qui viennent passer un an en Australie vont faire un tour en Thaïlande. C’est vraiment la destination où se rendent de nombreux voyageurs. En 2007, j’avais payé mon vol depuis l’Australie assez cher (1000 à 1500 AUD pour un aller - retour). Courant 2009 on m’a informé que Tiger Airways proposait des vols low cost vraiment bons marchés, n’hésitez pas à faire un tour sur leur site. Une autre solution est de s’y rendre lors de votre escale en Asie lorsque vous voyager entre la France et l’Australie (Singapour – Bangkok pour 30 AUD à certaines périodes !). Sur place la vie est peu chère (souvent 12 AUD pour une chambre double avec sdb). J’y ai passé 3 semaines en juin 2007 en voyageant du nord au sud en passant par Bangkok, vous pouvez consulter mon carnet de bord, mes photos et mon itinéraire sur mon blog. N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez d’avantages d’informations.

 

Chine, Vietnam et Singapour

Bien que moins classiques, ces destinations peuvent également être très intéressantes. J’ai vécu près de 8 mois en Chine, dont plusieurs mois de voyage ; n’hésitez pas à me contacter pour avoir des informations. A propos de la Chine, vous pouvez bien entendu consulter, sur mon blog, différentes pages telle que mon itinéraire ou mon carnet de bord regroupant 70 articles et, bien sur, mes photos. Concernant le Vietnam, je vous propose la encore mon itinéraire, quelques articles de mon carnet de bord et mes clichés, dont quelques uns qui sont parmi mes préférées.

 

A faire avant de partir de votre pays

Visa : effectuer sa demande de visa sur le site de l’immigration.

Billet d’avion : après avoir choisi la ville où vous souhaitez arriver, vous pouvez acheter vos billets. Préférer un billet modifiable pour le retour (dates et lieux). Renseignez-vous sur les cartes de fidélité pour gagner des « milles », vu la distance parcourue c’est souvent intéressant. Enfin, je vous conseille de profiter de l’escale pour visiter la ville (Singapour, Hong-Kong, Dubaï, etc.).

Assurance : souscrire à une assurance privée (cf. le point « Assurance » plus haut) pour la responsabilité civile et pour le médical. Dans certains cas l’envoie des documents peut prendre jusqu’à 6 semaines, il est donc conseillé de s’en occuper à l’avance.

Sécurité sociale (pour les français) : ne dite pas que vous partez ; c’est étonnant mais au final c’est la plus simple des solutions. Je me suis renseigné avant de partir et il n’y avait pas deux employés qui me disaient la même chose ; certains racontaient vraiment n’importe quoi. Grâce à mes années d’alternance j’ai acquis des droits jusqu’en 2011 et une employée m’a conseillé de ne pas indiquer mon départ comme ça lorsque je rentre c’est comme s’il ne s’était rien passé. De toutes les manières je ne peux pas bénéficier des remboursements de la sécu en cas de maladie ou accident car je suis hors de l’Union Européenne. Soit dit en passant, il n’est pas utile d’emmener votre carte vitale en Australie.

Sauvegardes : malheureusement il peut arriver que l’on perde ou que l’on se fasse voler ses papiers. Voir, pire, toutes ses affaires. Pour vous éviter de vous retrouver sans rien, sauvegarder vos documents importants. Pour cela l’idéal est de scanner passeport, permis de conduire de votre pays, pays de conduire international, carte d’identité (recto / verso) et éventuellement vos diplômes. Ensuite vous vous envoyez ça par mail et cela rend les documents disponibles de n’importe quel point d’accès internet. Si vous avez une clé USB cela ne coûte rien de mettre les documents dessus. Enfin, laisser un exemplaire en France à des proches.

Vaccins : il n’y a pas de vaccin particulier pour l’Australie, il faut juste être à jour des vaccins « classiques ».

Procurations : donner procuration à un ou deux proche(s) pour : comptes bancaire (ça peut dépanner !), La Poste (si vous recevez des recommandés), opérateurs téléphonique (sauf si la ligne est vraiment fermée avant le départ), élections, etc.

Médical : faire un check complet avant le départ (généraliste et dentiste) ne fait pas de mal.

Banque : se renseigner pour les travellers chèques, virements bancaires (dans les deux sens, France – Australie et Australie – France), retraits distributeurs, etc. Si besoin, débloquer sa carte bleue des systèmes anti-fraude internationale, demander une attestation de fond pour prouver que vous avez 3000 euros (si vous avez un WHV) et enfin conserver avec soit les numéros pour faire opposition sur la carte bleue.

Résiliations d’abonnements : téléphone fixe, téléphone portable, internet, assurance logement et/ou voiture, électricité, mutuelle complémentaire santé, revus et magazines, etc.

Téléphone portable : demander à son opérateur le déblocage de son mobile.

Numéros et codes utiles : laisser à un proche un document avec toutes les informations pratiques (adresse mail, banque en ligne, etc.).

Backpacker : éventuellement réserver la ou les premières nuits dans un backpacker, pour rassurer les parents !

 

A faire en arrivant en Australie

Visa (WHV) : lorsque vous allez sortir de l’aéroport, vous allez avoir un tampon de la douane. Cela est suffisant pour séjourner dans le pays. Si vous souhaitez avoir votre visa de collé sur votre passeport, il faut vous rendre au service de l’immigration (DIC) de la ville (adresses) pour l'obtenir. Cela ne « sert à rien », mais ça fait plus classe sur votre passeport ;)

TFN : comme indiqué dans le paragraphe « Taxes » vous devez demander un TFN (Tax File Number) aux services de l’ATO ; cela peut se faire par internet. Dans tous les cas il vous faut une adresse en Australie. Le TFN est à demander si vous avez prévu de travailler. Vous recevrez le document contenant votre TFN sous un maximum de 28 jours (mais en général cela arrive en une semaine). Le TFN est un numéro que l’on conserve à vie.

Banque : ouvrir un compte (cf. le paragraphe « Banque » pour plus de détail).

Téléphone portable : si vous estimez cela nécessaire, se rendre chez un opérateur pour acheter une carte SIM et une recharge.

Consulat / ambassade / maison consulaire : passer dans les locaux de votre pays à l’étranger (suivant la ville ambassade, consulat ou maison consulaire) pour vous faire enregistrer. Cela peut-être bien utile en cas de problème. Evidemment allez y avec votre passeport, ils en feront une copie.

 

Check list matériel / documents à emmener (il s’agit de mes propres listes)

« Obligatoire » :

- Passeport,

- Copie du visa (même si normalement ce n’est pas utile car ils nous retrouvent avec le numéro de passeport),

- Billet d’avion,

- Documents de l’assurance privée,

- Permis de conduire français,

- Permis de conduire international,

- Carte d’identité (pas très utile mais tout de même conseillé),

- Carte bleue.

Conseillé :

- Photocopie des diplômes,

- Adaptateur prise de courant (le voltage est identique, c’est juste la forme des prises qui changent),

- Multiprises électrique (Européenne) pour brancher les différents chargeurs simultanément,

- Clé USB,

- Chargeur téléphone portable,

- Chargeur piles APN,

- APN + carte mémoire + câble,

- Lecteur MP3,

- Carnet d'adresses,

- Pharmacie,

- Duvet (conseil : n’hésitez pas à prendre quelque chose de peu encombrant et léger en poids, mais tout de même assez chaud car les nuits peuvent être fraîches).

- Cadenas (pour les objets de valeur dans les backpackers),

- Trousse de toilette,

- Crème solaire (ou à acheter sur place, les Aussies ont d’excellentes crèmes solaires),

- Lampe frontale ou lampe torche,

- Serviette de toilette (préférer les modèles qui sèchent vite et ne prennent pas de place),

- Petit sac à dos,

- Lunettes de soleil,

- Dictionnaire d’anglais,

- Guide sur l’Australie (Lonely Planet, etc.),

- Couteaux Suisse ou équivalent,

- Job : CV au format RTF, lettre de motivation et de recommandations,

- Eventuelle carte de réduction (VIP, YHA, etc.),

- Crayons,

- Vêtements,

- Maillot de bain,

- Chaussures permettant de faire de la randonnée, de sortir, etc... !

 

Contact

Je me tiens bien évidemment à votre disposition pour répondre à toutes vos questions complémentaires ou commentaires. Si je peux vous donner un coup de main pour préparer votre voyage en Australie, j’en serai très content. Voici mes coordonnées :

Stéphane Bourrut Lacouture

Mail : s.blacouture [arobaz] travelsteph.com

Site : TravelSteph.com

Téléphone : +55 21 93 06 03 46

 

Bon voyage !

See ya,

 

Commentaires   

 
#151 kpade dodzi koffi 10-03-2015 19:56
bonjour
mw c'est koffi suis un jeue togolais dans le domaine de miltimedia et j'ai penser venir en australie pour continuer les études en cinema ou audio visuel; moi j'ai besoin d'aide mais j'ai pas les moyens si je peux trouver quelqu'un qui pourait m'aider arriver la bas je vais lui pays tout ce qu'il a dépenser pour pour moi plus une bonus ok merci
Citer
 
 
#152 Nabzz 16-06-2015 11:23
Merci beaucoup pour toutes ces informations, ton blog est très complet et agréable à lire, je partirai moins stressé grâce a toi !! See ya ! ;)
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir